[Oh Muse, conte-moi…]

01v

Little Girl & Boy Lost
I’m Famished : Brother and sister are home alone with not a morsel to eat. In Vogue’s interpretation of the Met’s production, which opens December 14, Hansel and Gretel are played by actor Andrew Garfield and model Lily Cole. Dolce & Gabbana cream silk-and-tulle dress. On Garfield: Maison Martin Margiela shirt. Ann Demeulemeester pants.

02v

Far From Home : They venture out to hunt for wild strawberries in the woods, where Gretel’s lily-white frock shines against the dark foliage of the Tree-men. Before long, though, they’re hopelessly lost. Dior pleated silk-chiffon dress. Fendi platform Mary Janes. Tree-men costumes courtesy of the Metropolitan Opera.

03v

Golden Slumber : The Sandman (played here by Sasha Cooke, who has appeared in the Met’s production) sprinkles magic dust onto the frightened children, who fall into a deep sleep and dream about a banquet served by a fish maître d’. Balenciaga by Nicolas Ghesquière wool-silk jacket. Chloé flats. Sandman and fish maître d’ costumes courtesy of the Metropolitan Opera.

04v

Wicked : The two discover a house in the forest, only to find it occupied by an old witch (portrayed here by Lady Gaga). Gretel looks sweet enough to eat in a poufy confection. But it’s Hansel the evil one wants to fatten up and feast on. On Lady Gaga: Marc Jacobs satin bra, slip silk blouse, and ruffled bloomer shorts. On Cole: Yves Saint Laurent embroidered silk poplin dress. Lady Gaga’s wig created by Julien D’Ys.

05v

Feed the Flames : Before the witch can cook Hansel and Gretel—whoosh—they push her into the oven and shut the door. From left: Oscar de la Renta bouclé tweed-and-chiffon dress. Marc Jacobs bonded-lamé belted jacket.

06v

The Witch Is Dead! : The children (here, the Junior Choristers of Grace Church in New York City) baked into gingerbread by the hag come back to life. Nina Ricci silk satin pleated dress. Chloé flats.
In this story: Fashion Editor, Grace Coddington; hair, Julien D’Ys, using Mokuba Paris Ribbon; makeup, Gucci Westman for Revlon; production design, Mary Howard. Metropolitan Opera costumes designed by John Macfarlane.

Source : Vogue US

Photographer : Annie Leibovitz

Fashion Editor  : Grace Coddington

Vogue December Issue : the Art Issue

Je suis hypnotisée devant ces belles pages de mode orchestrées encore une fois par la talentueuse Grace Coodington que j’ai eu l’occasion d’en parler dans un de mes posts.

Pour les besoins de Vogue US Décembre pour le thème de l’Art, une équipe haute en couleur s’est réunie pour concocter un beau conte au plaisir des yeux du lecteur : Annie Leibovitz, la mannequin Lily Cole et son partenaire Andrew Garfield du film “L’Imaginarium du Dr Parnassus”, sans oublier Grace Coodington que j’ai mentionnée en haut.

Le thème du shooting : le conte Hansel & Gretel des frères Grimm ! Moi qui suis une grande fan des histoires imaginaires, je suis déjà conquise d’avance. Et comment ne pas tomber amoureuse de ces belles pages pleine d’imagination, de beauté, de chimère, de splendeur et d’esthétique… et les mots me manquent pour décrire ce que je ressens quand je vois ces photos.

Lily Cole, en plus d’être une des mannequins des plus remarquables de notre époque, être The Face, faire fasciner le monde entier avec ses yeux hypnotiques et sa crinière rousse flamboyante, elle s’avère désormais être comédienne. Et les critiques sont bonnes sur sa prestation dans le film “L’Imaginarium du Dr Parnassus”, il faut vraiment que j’aille le voir au ciné.

Et un personnage que j’attendais le moins dans un conte : Lady Gaga. Décidément, elle n’en finit plus de nous surprendre. J’avoue que je suis en train de changer mon avis vis-à-vis de cette chanteuse. Récemment, j’ai découvert qu’elle a une très belle voix et elle chante vraiment bien en accapella ( merci à Laurent avec ses passages de Lady Gaga en boucle dans le bureau). Et il faut avouer qu’elle crève le papier ! Sa prestation dans cette série de mode est épatante.

Voilà ce que j’appelle une jolie façon de “raconter” la mode aux gens les plus austères et allergiques à ce monde. La mode ne paraît plus éphémère, superficielle mais délicate, harmonieuse et intemporelle telle qu’est sa notion de base.

  2 comments

  1. VickyWine   •  

    Beautiful, a delightful visual poetry!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *